WE ARE MODERN -WE TWEET!





-But if you'd rather watch a movie, you're also welcome at
Disorder in Discipline-



Saturday, 6 June 2009

quote

[Apres la liste, autre ouverture: la citation pure et simple. comme pour les reviews, vous avez toute lattitude. PAr contre, cette citation a pour but de diriger vers le livre que vous aimez mais dont , peut etre, vous ne savez pas comment parler , elle n'est pas pour frimer seule, en elle meme. Simples regles: titrer votre post "quote", tabulez a droite, n'oubliez pas les references et , afin de ne pas noyer l'histoire, ne postez pas de citation/extrait a la suite d'un autre.]

"Considered non-productive and somehow irresponsible, a compulsive player of destruction, Being-on-drugs resists the production of value which, on another, more Batallean register,indicates that it disrupts the production of meaning. [...] Obsessed and entranced, narcissistic, private, unable to achieve transference, the writer often resembles the addict. This is why every serious war on drugs comes from a community that is at some level of consciousness also hostile to the genuine writer, the figure of drifter/dissident, which it threatens to expel. Like the addict, such a writer is incapable of producing real value or stabilizing the truth of a real world."

in Avital Ronell, Crack Wars-Litterature Addiction Mania, University of Illinois Press, p 106, 2004. Traduction Francaise: Addict, Fixions et Narcotextes, Bayard/Centurion, 2009.

3 comments:

  1. Pourquoi ? Ecoutons. Regardons. Dany Cohn-Bendit, député européen, adversaire de l'adoption par les homosexuels : Quand il a bien fait son piano, mon fils a droit à un quart d'heure de télé supplémentaire. On lit ça dans Elle. On attend qu'il meure. Quand Elisabeth Guigou préside un colloque sur le droit de la famille, elle affirme que la famille traditionnelle reste l'idéal. On attend qu'elle meure. Quand les Etats-Unis et l'Angleterre s'intéressent au haschich et à la coke, ils financent un programme de dizaines de millions de dollars pour trafiquer des OGM éradicateurs de plantes à cannabis et de coca, et qu'il n'y en ait plus jamais sur la surface de la terre... On attend qu'ils meurent. Quand les socialistes votent le PACS, ils mettent des conditions de résidence impossible à remplir pour qu'on ne puisse pas faire venir son petit ami étranger. On attend qu'ils meurent. Quand la télé, la radio ou les journaux donnent la parole aux gens qui portent des Nike aux pieds (les autres, on ne risque rien, ils sont tellement bien dressés au bout de vingt ans de contre-révolution culturelle qu'ils ne diront rien, du moins, pas dans une situation aussi intimidante), ce n'est jamais en direct, pourquoi ? Pour que la censure puisse tranquillement faire son boulot. On attend qu'ils meurent. Quand les intellos de gauche se demandent Quoi de neuf ?, la réponse est : Sartre. On attend qu'ils meurent. Quand les journalistes d'Epok veulent faire un sujet sur le Teknival, les costards-cravates de la Fnac le leur interdisent sous prétexte que ce n'est pas grand public. Quand Renaud Camus trouve qu'il y a trop de juifs à France-Culture, tout le monde hurle au scandale alors que les juifs de gauche sont les nouveaux chiens de garde de l'ordre moral familialiste. On attend qu'ils meurent. Quand Jack Lang annonce la réouverture des réformes du collège, c'est pour enterrer le collège unique et envoyer les enfants des pauvres, à onze ou douze ans, direct à l'usine. C'est clair que comme ça, bien cassés comme au bon vieux temps, avec eux, on n'aura pas de soucis. On attend qu'il meure. Pare que quand on voudrait ne serait-ce qu'en parler, de tout ça, on n'a qu'à aller se faire mettre : pour avoir le droit de l'ouvrir, il faut avoir quarante ans et plus, c'est mieux, trahi tous ses idéaux, les avoir vendus contre l'argent qu'on refuse pas à tous les petits précaires et branchés, parce que ces gens-là, ils sont dangereux, parce que comment leur faire croire que tout ça, c'est normal ?... Alors les vieux attendent qu'on meure. De l'intérieur. Parce que comme ça, si tout se passe tranquille, si tout se passent comme ils veulent, la planète sera bien vite transformée en village. Le seul truc, c'est que ça sera celui du Prisonnier. Il va peut-être falloir faire quelque chose, numéro 5...

    in Guillaume Dustan "Génie Divin", Le Rayon / Balland, pp. 25-26, 2005.

    ReplyDelete
  2. oops: parution : 2001. 2005 : R.I.P. G.D.

    ReplyDelete